Carillon de lumière

Carillon de lumière en 2015Carillon de Lumière, acte V
Création pour 56 cloches et jeux de lumière

Un spectacle où la lumière, au service de la musique, jaillit des baies de la façade ouest et des tours de Notre-Dame-en-Vaux, à mesure que s’élèvent les notes jouées-frappées par le carillonneur, et révèle toute la beauté de la collégiale, véritable emblème de la ville de Châlons-en-Champagne, qui vit avec son carillon une histoire d’amour de plus de 150 ans.

Du 6 au 31 décembre 2016
Collégiale Notre-Dame-en-Vaux à Châlons-en-Champagne

3 grands concerts de Maîtres Carillonneurs les 6, 13 et 20 décembre à 18h30
et jusqu’au 31 décembre en version automate tous les jours à 18h
à vivre du quai Barbat à la place Mgr Tissier

Après les expérimentations de 2005-2006, puis une programmation test en 2014 sur la tour sud de Notre-Dame-en-Vaux, a été mise en oeuvre dans le courant de l’année 2015 une installation pérenne du système sur les deux tours et la rosace supérieure de la façade ouest. Une deuxième tranche de travaux réalisés à l’automne 2016 complètent l’équipement qui illumine désormais l’ensemble des baies, rosaces et lanternes.

Carillon de Lumière 2016 propose un programme de trois grands concerts donnés en ouverture le mardi 6 décembre puis les mardis 13 et 20 décembre à 18h30 par de jeunes Maîtres Carillonneurs français et belges, et chacun des autres jours jusqu’au 31 décembre un rendez-vous quotidien à 18h, assuré en version automate avec un programme d’une vingtaine de minutes de musique programmée ces dernières années avec le concours d’Eric Brottier, carillonneur et organiste châlonnais auquel l’instrument doit ses qualités musicales.

Programme des concerts 2016

Mardi 6 décembre 2016 – 18h30
Charles Dairay

Charles Dairay

Charles Dairay

Initié en 1984, à l’âge de 10 ans au carillon par Albert Boon, ancien carillonneur de la ville de Wavre (Belgique), Charles Dairay poursuit ses études à L’Ecole de Carillon de Saint-Amand-les- Eaux avec Gilles Lerouge puis à l’Ecole Française de Carillon de Douai avec Jacques Lannoy. En 1996, il obtient la médaille d’or et le 1er prix au Conservatoire National de Région de Douai. (Diplôme de Maître Carillonneur) et participe à la Création mondiale « Désespoir du peintre » d’Yves Erwan Chotard. Il poursuit ses études avec Aimé Lombaert, le célèbre Maître Carillonneur de Bruges et gagne plusieurs prix d’interprétation dans des Concours Internationaux : Springfield (USA) en 2000, Hambourg (Allemagne) en 2001, Concours Reine Fabiola à Malines (Belgique) en 2003 et Concours International de Venlo (Hollande) en 2004. En juin de la mâme année Charles Dairay obtient son diplôme d’excellence à l’Ecole Royale de Carillon « Jef Denyn » de Malines avec une haute distinction. Depuis 1994 il se produit à travers la France avec le carillon ambulant de Douai, et joue régulièrement les carillons de Deinze (B), Mons (B), Lyon (F), Orchies (F), Le Quesnoy (F), et Saint-Amand-les-Eaux (F) où il enseigne cette discipline à l’Ecole de Musique, comme à l’Académie de Musique de Deinze (Belgique). Présente Riche d’un très large répertoire de musiques campanaires et d’adaptations pour carillon, il interprétera évidemment traditionnels et chansons de Noël, mais le concert se poursuivra à la demande du public, qui pourra choisir parmi une cinquantaine d’adaptations de chansons françaises et internationales.

Mardi 13 décembre 2016 – 18h30
Audrey Dye

Audrey Dye

Audrey Dye

Après 5 années de formation à Chatenay (France) avec Chantal Charrier, un Diplôme final de l’Académie de Deinze (Belgique) et de l’Ecole de Musique de Saint-Amand-les-Eaux où elle a étudié avec Charles Dairay, Audrey Dye a été en juin 2015 diplômée Maître carillonneur avec distinction au terme de 5 années d’études à l’Ecole Royale de Carillon de Malines « Jef Denyn », Belgique, dans les classes de Geert D’Hollander et Koen Van Assche. Primée au concours International de Carillon « Aimé Lombaert » à Wavre, Belgique en 2009 et en 2014 Premier Prix Catégorie supérieure du Concours pour Jeunes Carillonneurs de Saint Amand-les-Eaux, Audrey Dye est aujourd’hui professeur de la classe de carillon de l’Académie de Musique de Wavre, Belgique et carillonneuse officielle de la Ville de Wavre et du Beffroi de Mons, Belgique. Animatrice un temps des carillons de Liège (Cathédrale Saint-Paul et Eglise Saint-Jean), ou de celui de Londres, Royaume Uni, elle donne depuis 2002 de nombreux concerts en Belgique (Wallonie, Flandres et Bruxelles) et à l’étranger (France, Suisse, Espagne, Norvège, Pays-Bas). Cette jeune artiste sensible et dynamique interprétera pour la première fois au carillon de Notre-Dame-en-Vaux un répertoire très ouvert composé de grands airs classiques, de musiques de film et bien sûr de Noëls d’hier et d’aujourd’hui.

20 décembre 2016 – 18h30
Quentin Leriche

Quentin Leriche

Quentin Leriche

Né à Bitche en Moselle, Quentin Leriche entre en 2001 à l’école de musique de Lambres- lez-Douai à l’âge de six ans où il débute la clarinette, puis intègre les « classes à horaires aménagés musique » au Conservatoire à Rayonnement Régional de Douai. Il découvre le carillon en 2006, à l’occasion d’une session de sensibilisation organisée par Stefano Colletti, Maître-carillonneur de la ville de Douai et professeur du Conservatoire. Dès l’année 2007, il est invité à se produire sur différents carillons et sur le Carillon Ambulant de Douai Région Nord-Pas-de-Calais et remporte en juillet 2008 le « Prix spécial » du concours international de carillon de Middelburg (Pays-Bas). En 2010, il obtient sa médaille d’or de formation musicale du Conservatoire à Rayonnement Régional de Douai, et en 2012 sa médaille d’or de carillon à l’unanimité ; il remporte également le «Concours pour la jeunesse » organisé par l’école Royale de carillon de Malines. En juillet 2013, il termine son cursus de carillon au conservatoire de Douai par l’obtention du diplôme de « Maître-carillonneur ». Il se produit depuis dans toute l’Europe où il a déjà donné plus d’une centaine de concerts. Révélation des éditions 2014 et 2015 du Carillon de Lumière, il revient pour interpréter avec la virtuosité qui le caractérise un répertoire qui fera la part belle à l’esprit de Noël, bien entendu, mais se permettra d’aborder musique classique, jazz ou musiques de films.

Origine de la manifestation

C’est en 1858 que Monseigneur de Prilly, évêque de Châlons fit don du carillon à l’église Notre-Dame-en-Vaux. Les 54 cloches furent fondues par Ernest et Amédée Bollée, fondeurs au Mans. Le carillon et son cylindre automatique furent inaugurés en 1863 pour fonctionner jusqu’au début du 20éme siècle, remplacé par des systèmes plus modernes. C’est en 1974 que l’instrument renaissait après une longue période de mutisme, sous l’impulsion d’Eric Brottier qui mettait en œuvre une restauration. Elle sera complète en 1989, et permit au carillon de Châlons-en-Champagne de rivaliser avec ceux du Nord de la France et devenir l’un des plus performants d’Europe.

illus_carillonlumiere2-225Tout musicien sait qu’un instrument qui n’est pas joué perd vite beaucoup de ses qualités. En 2005, fort était de constater que le carillon s’était à nouveau assoupi, et Châlons-en-Champagne y perdait un peu de son âme.

Faire revivre cet instrument inestimable, le temps de quelques concerts, c’était lui donner une chance de renaître un jour, dans toute sa splendeur. Ainsi, Patrick Legouix conçut le principe d’un spectacle où la lumière serait au service de la musique, pour aussi souligner la beauté de cette collégiale qui est le véritable emblème de Châlons-en-Champagne. C’est à Cyrille Molé, concepteur inspiré des lumières du festival des Musiques d’Ici et d’Ailleurs durant de nombreuses années, qu’il a naturellement confié le soin de la mise au point de son dispositif technique réalisé, conjointement avec les services du patrimoine de la Ville de Châlons-en-Champagne.

Un dispositif désormais animé par le talent exceptionnel de carillonneurs sélectionnés pour leur dynamisme, leur créativité et leur virtuosité, à la mesure d’un concept unique au monde qui augure un avenir prometteur pour le carillon de Notre-Dame-en-Vaux.

 

 

 

 

Reportage sur l’édition 2006.